mercredi 22 novembre 2017

C'est (presque) Noël avant Noël ^^

La période des fêtes approchant à grand pas, il était (presque) temps de penser à s'offrir un cadeau à soi-même. Je me suis donc fait plaisir et me suis offert quelques anciens tickets de tramways. Et pas des moindres, vu qu'il s'agissait de tickets que je n'avais pas encore dans ma collection ^^

On commence avec un très beau ticket d'entrée pour l'exposition internationale de Bruxelles de 1897. J'avais déjà vu des cartes d'abonnement pour cette exposition, mais un ticket d'entrée, c'est bien le premier que je vois ^^



Ensuite, comme en 1897, l'exposition a lieu en partie au Cinquantenaire et en partie à Tervueren (assez loin des gares du Nord et du Midi, où arrivent généralement les voyageurs), la meilleure manière de s'y rendre est d'y aller en tramway. Le ticket d'entrée à l'exposition était donc accompagne d'un "coupon Exposition", qui permettait d'accéder à la gare temporaire des Tramways Bruxellois aménagée dans l'enceinte même de l'exposition, sur le site du Cinquantenaire. Ce ticket a été délivré sur la ligne spéciale "Gare du Nord-Exposition" spécialement créée assurer une desserte directe entre la Gare du Nord et le Cinquantenaire. Il existait également une ligne spéciale "Gare du Midi -Exposition" (mais dont je n'ai pas de ticket).

 
Autre ticket dont je ne possédais pas encore d'explaire: un ticket de ayant été délivré sur la ligne du Tram Car Nord-Midi (qui reliait les gares du Nord et du Midi, comme le nom de la société le laisse sous-entendre):


On reste dans les tous vieux tickets d'avant 1900 avec les deux exemplaires suivants: le premier ticket a été délivré sur la ligne des boulevards circulaires du haut de la Ville après 1894 (autrement dit, après l'électrification de la ligne), et le second, en 1897 sur la ligne spéciale "Gare du Nord - Exposition" déjà évoquée ci-avant. 



Autrement dit, le ticket ci-dessus va avec le ticket d'entrée à l'exposition et le "coupon-exposition" à 5 centimes ;-)

On finit avec deux tickets qui ont probablement voyagé au tout début du 20ème siècle. Le premier a été délivré sur la ligne "Schaerbeek-Bois" et le second est un billet de correspondance délivré sur la ligne des boulevards circulaires du haut de la ville.



Voilà tout ce qu'il faut pour se préparer à passer de joyeuses fêtes de fin d'année ;-)

Belle soirée à toutes et tous,

Callisto

dimanche 19 novembre 2017

"La Mode du Petit Journal", 19 et 26 novembre 1905 ^^

Au sommaire de ces deux numéros de "La Mode du Petit Journal" parus les 19 et 26 novembre 1905, vous trouverez de nombreuses gravures de robes et de toilettes pour femme et enfants, ainsi que des motifs à réaliser au crochet et des "étoles-primes" en castor et queues d'hermines. Il y a également deux belles publicités pour les poêles Richelieu et les machines à coudre Brunswick.

Petite remarque amusante: on peut lire, sur le second scan, qu' "à partir de maintenant, toute personne qui souscrira un abonnement d'un an recevra gratuitement un kilo d'un excellent café ". 

Bonne lecture,

Callisto



























mercredi 15 novembre 2017

Les voitures à impériales 211 à 214 de la compagnie Vaucamps, 1871-1909 ^^

Nous avons beaucoup parlé, sur le blog, de l'ancienne voiture à impériale "7" de la compagnie Morris (dite "Voies Ferrées Belges"), construite la firme "Geo Starbuck & Co" de Birkenhead, en Angleterre.


Cependant, ce n'est pas le seul modèle de voiture de tramway à impériale qui a sillonné les artères bruxelloises...

En 1871, la "
Belgian Street Railway and Omnibus Co" (plus connue sous le nom de "compagnie Vaucamps") reçoit 4 véhicules commandés à la compagnie John Stephenson Car Company de New-York. Au moins deux d'entre eux étaient dotés d'une impériale (peut-être même les 4, il n'y aucune certitude quant au nombre d'impériales...)



Ces 4 voitures, numérotées 211 à 214, sont destinées à la desserte de la ligne Laeken-Gare du Nord, en tant que renfort, surtout les dimanches et jours fériés, lorsque les Bruxellois gagnent les rives du canal pour se détendre, se promener, pêcher ou encore faire un tour en bateau à vapeur. 

Mon guide de Bruxelles de 1910 édité par les Tramways Bruxellois évoquait ces sorties dominicales en ces termes:  "Les auberges s'alignent sur la rive gauche du bief élargi des Trois Fontaines et ont des enseignes qui font promesse d'anguilles frites, d'omelettes et de gaufres. Les petits bateaux à vapeur y emmènent, le dimanche, de Laeken, des caravanes familiales de Bruxellois".


Après la mise en service de la liaison Nord-Midi par les boulevards du Centre (qui se fait progressivement de 1872 à 1873), les voitures 211-214 ne circulent que les jours d’affluence (notamment lors des kermesses), pour des services spéciaux ou en tant que véhicules de renfort vu leur grande capacité (40 places). C'est ce qu'il leur valut le surnom de "voitures kermesses". Que sait-on de ses véhicules?

A ce stade:
* Ces voitures sont fabriquées à New-York (USA) dans les ateliers de la John Stephenson Car Company.

* Elles sont numérotées 211-214 lors de leur arrivée à Bruxelles en 1871, où elles circulent surtout le dimanche sur la ligne Laeken-Gare du Nord.

* Il n'y a pas de
certitude concernant le nombre de voitures à impériale : 2 ou 4 (le nombre diffère en fonction des sources).

* Elles sont renumérotées 311-314 vers 1879 (donc sous l’ère des « Tramways Bruxellois ». Les numéros 211 et suivants sont réutilisés par les Tramways Bruxellois en 1880 pour de nouveaux véhicules.

* L'impériale aurait démontée en 1879 sur les 311-312.  On n'a pas de détails pour les 2 autres (impossible de savoir si elles étaient sans impériale ou si l'impériale a été démontée à une époque indéterminée).

* Les voitures 311, 312 et 314 (cette dernière ayant été transformée en voiture-aubette pour la place Royale) sont encore mentionnées dans un relevé TB de 1909 communiqué au Ministère. Ce relevé fait également mention des remorques électriques (ex-chevaline Morris) 3, 8, 12 et 24. Il semblerait que tous ces véhicules aient été démolis peu après. Cependant, bien que le relevé ait été communiqué au Ministère à la mi-1909, rien ne garantit qu'il ait été établi à cette époque (il a peut-être déjà été rédigé en 1908). Tout cela pour dire qu'on peut sans doute avoir la quasi-certitude qu'au moins 4 remorques ex-Morris subsistent jusqu'aux environs de 1909 (sans compter la 7, bien évidemment).
Pour finir, un petit mot sur la John Stephenson Car Company. Son tout premier atelier de construction (ouvert en 1831!) se trouve sur Broadway, au numéro 667, en tout plein centre de New-York. Il déménage ensuite à plusieurs reprises dans New-York même, avant de s'établir à Elizabethport (comme Singer!), dans le New-Jersey en 1898. La firme est rachetée par la J.G. Brill Company en 1904, puis par une société spécialisée dans la production d'aéronefs en 1917, avant d'être mise en liquidation en 1919.



Je vous tiens au courant s'il y a du nouveau, naturellement ^^

Bonne soirée, et à bientôt,

Callisto

samedi 11 novembre 2017

L'Europe en cartes postales anciennes: Le domaine royal de Laeken ^^

Après la visite du Palais royal de Bruxelles, nous partons découvrir les différents châteaux qui se sont situés dans le domaine royal de Laeken: le château de Laeken, le Belvédère et le Stuyvenberg, tels qu'ils se présentaient à la Belle Époque.

Nous visiterons également une partie du parc, avec son manège, sa reproduction de temple antique et son usine électrique.

Bonne visite ^^

L'Habitation des Chefs de service


Le Château royal


Le Salon des Suites


La Salle à Manger


La façade principale du Château du Belvédère


Le Vestibule et l'Escalier du Belvédaire


La Salle à Manger du Belvédère


Le Manège


Le Sanatorium et le Manège


Le Manège


L'Usine d'Electricté


Les remises et la Volière du Struyvenberg


Le Temple Anspach


Le Pont en pierres blanches


La Grille d'Honneur